,

Web Masters podcast

J’ai commencĂ© Ă  Ă©couter le podcast « Web Masters » et pour l’instant j’aime vraiment bien !

En gros, chaque Ă©pisode est une interview d’une personne qui a crĂ©Ă© un site qui Ă©tait mythique, populaire dans le temps.

Je redoutais que le podcast soit vraiment orientĂ© cĂŽtĂ© business, parce que le gars qui le fait enseigne l’entreprenariat dans une universitĂ©, mais en fait, ça va carrĂ©ment (pour ce que j’ai Ă©coutĂ©)

On retrouve vraiment l’esprit du webmastering, qu’on ne trouve nul par ailleurs aujourd’hui 🙂

Pour l’instant je peux te conseiller l’Ă©pisode avec Pete Sunde de The Pirate Bay et celui de Links.net avec Justin Hall, ils sont vraiment super !

, ,

Pasquinade

J’Ă©coutais le podcast « Un Bon Moment avec Kyan KHOJANDI et NAVO » et plus particuliĂšrement l’Ă©pisode avec Haroun, un humoriste dont j’avais vu le spectacle « Internet etc » qu’il avait mis en accĂšs libre et au prix libre sur internet.

Et dans ce podcast, il prĂ©sente le site internet qu’il a lancĂ© « Pasquinade » qui est une sorte de YouTube ou de Netflix de l’humour, mais sans les algorithmes et avec un fort accent sur le soutient financier des humoristes.

Je te laisse avec la retranscription du passage, qui explique bien le projet je trouves :

Haroun : Le site propose d’accueillir des vidĂ©os des humoristes qui ont…

ITW : Connu pas connu

Haroun : Connu, pas connu, qui ont un propos quand mĂȘme. L’idĂ©e c’est quand mĂȘme qu’il y est un angle, une façon de proposer quelque chose

ITW : Donc ya quand mĂȘme un Ă©ditorialiste ? Tu fais un peu l’Ă©dito de ton… ?

Haroun : Bein j’essaye de regarder un peu c’qui s’fait. J’essaye de mettre de cĂŽtĂ© « est-ce que ça me fait rire ou pas rire ? », j’essaye plutĂŽt de me dire « est-ce que la personne elle a des idĂ©es ? Et est-ce qu’on peut l’aider Ă  faire valoir ses idĂ©es ou Ă  s’exprimer quoi »

Haroun : VoilĂ , l’idĂ©e c’est qu’il y a pleins d’humoristes qui sont pas assez connus Ă  mon goĂ»t, mais qui sont assez fort Ă  mon goĂ»t, pour diffuser leurs contenus, ils ont pas les moyens de diffuser ce contenu-lĂ  sans passer par YouTube en essayant de monĂ©tiser, en mettant de la pub au dĂ©but, Ă  la fin, au milieu et pour ça il faut faire des milliers de vues et parfois t’es un peu perdu dans les algorithmes. Moi tout ce systĂšme commence Ă  vraiment me fatiguer, le systĂšme des algorithmes, des rĂ©seaux sociaux etc.. donc j’ai voulu proposer quelque chose pour qu’ils puissent diffuser, soit au chapeau, soit en payant, soit comme ils veulent en fait, le site propose ça.

ITW : Donc du coup au chapeau ça veut dire, tu regarde le contenu…

Haroun : … et tu mets au chapeau si tu as envie d’encourager l’artiste.

ITW : Moi j’avais pensĂ© Ă  un concept, c’Ă©tait de couper Ă  la moitiĂ©.

Haroun : Ouais, alors il y a plein de choses qui sont envisagĂ©s et j’espĂšre qu’on arrivera Ă  faire pleins de façon de faire diffĂ©rente.

ITW : Donc si je comprends bien tu aides des jeunes humoristes et mĂȘme des humoristes un peu plus confirmĂ©s Ă  filmer leurs contenus, tu les mets sur le site, et ensuite ceux qui aime, par exemple je suis un humoriste, j’ai une communautĂ© de 1000 personnes, je peux dire Ă  mes 1000 personnes sur Instagram « j’ai fais ce sketch, si vous voulez me soutenir, vous allez sur pasquinade.fr et vous regardez mon contenu, vous kiffer, vous le partager si vous voulez, comme ça les gens y auront accĂšs et en plus vous pouvez mettre au chapeau et soutenir directement.

Haroun : Ouais c’est ça.

Haroun : Avec le fait aussi qu’on mets le lien vers la billetterie, parce que l’idĂ©e c’est que quand mĂȘme, j’part du principe que nous notre modĂšle Ă©conomique d’humoriste c’est lĂ  scĂšne. Et l’autre truc, c’est qu’un jeune humoriste, pas forcĂ©ment jeune d’ailleurs, mais humoriste qui a besoin de ça, l’idĂ©e c’est qu’il mette ses vidĂ©os au chapeau, que les gens fassent connaissance avec lui, pour qu’un jour quand il a envie de mettre son spectacle, il puisse mettre son spectacle en payant et que ça soit intĂ©ressant pour lui financiĂšrement…

Haroun – … et que ça libĂšre surtout une forme de pression, que, ya les gros humoristes qui peuvent avoir accĂšs Ă  Canal, Netflix, Amazon etc… et les autres qui ont accĂšs juste Ă  YouTube perdu dans les algorithmes, lĂ  il y a un espĂšce d’entre deux, un peu artisanale.

Haroun : – l’idĂ©e Ă©tant de s’Ă©manciper de pleins de plateforme qui fixent leurs lois, ou des rĂ©seaux sociaux qui fixent leurs lois aussi avec leurs algorithmes etc…

ITW : Et tu communiques les chiffres ou pas du tous ? – Surtout les vues, les choses comme ça…

Haroun : À eux, oui.

ITW : Pas au public ?

Haroun : Non, pas au publique. Alors j’ai pas envie de communiquer au publique, j’ai pas envie de mettre de commentaire non plus… – parce que je trouves qu’on juge par le nombre de vues la qualitĂ© d’une vidĂ©o sur les rĂ©seaux sociaux, ce qui m’agace aussi, parce qu’il y a des vidĂ©os qui sont peu vues sur Pasquinade, mais avec des gens qui sont trĂšs volontaire pour donner au chapeau et donc le ratio est totalement diffĂ©rent d’une vidĂ©o qui va faire beaucoup de vues…

ITW : … OĂč t’auras 100 vues, alors que sur YouTube tu gagnerai Ă  peu prĂȘt 12€, lĂ  tu peux gagner 100€ avec 30 vues quoi.

Haroun : Ya cet effet lĂ  ouais.

Haroun : – … ya des gens qui ont des publiques trĂšs engagĂ©s en fait, tu te rends compte qu’il y a des gens qui peuvent vivre avec un publique restreint, mais qui est tellement volontaire, qui as tellement envie de les dĂ©fendre que ça peut trĂšs bien fonctionner, sans forcĂ©ment faire des milliers de vues.

ITW : Et on peut pas crĂ©er une sorte de systĂšme d’abonnement aussi ? Par exemple, t’as un jeune humoriste que t’aimerai soutenir, tu dit, bah au lieu de te donner 1 fois… comme un un Tipeee, mais spĂ©cial Pasquinade, 3€ par mois, ou 10€ par mois, comme ça le gars il se crĂ©es…

Haroun : Ouai, bein l’idĂ©e c’est ça, par la suite, pour l’instant on n’en ait pas lĂ  parce qu’il y a pas assez de monde, mais l’idĂ©e c’est que tu suive certain humoristes. Donc, ya des gens que tu prĂ©fĂšres et t’as envie de les suivre, et quand tu donne un certain montant ils te redonnent accĂšs Ă  leurs vidĂ©os gratuitement.

Haroun : – … aprĂšs on verra si c’est un abonnement ou pas, moi chui pas fan de l’abonnement, parce que j’ai l’impression qu’on en a trop, et qu’ils s’additionnent.

ITW : Oui, d’ailleurs plus honnĂȘte sur Tipeee c’est qu’il y en a qui ne se font payer qu’aprĂšs la sortie d’une vidĂ©o. Au lieu d’ĂȘtre payĂ© tous les mois, mec je m’engage Ă  la prochaine vidĂ©o que tu sort Ă  te donner tant. Ce qui donne une visibilitĂ©, parce qu’il fait qu’Ă  la prochaine vidĂ©o ya 1000 personnes qui ont dĂ©clarer en moyenne 3€ et c’est 3000€ qui vont arriver. Sur Tipee t’as cette option, soit pas mois, soit pas vidĂ©o sortie.

Haroun : – … parce qu’il faut pas que t’es la pression, parce qu’il y a des gens qui t’ont donner un abonnement, il faut que tu soit en pression de sortir une vidĂ©o.

C’est toujours intĂ©ressant de voir des initiatives sortir de terre pour proposer un autre modĂšle (qui me parait plus sain) que celui des grosses plateformes ! â˜ș

Donc je voulais partager ça !

L’Ă©pisode est super intĂ©ressant, donc tu peux Ă©couter son entiĂšretĂ© sur ton lecteur de podcast favoris en cherchant « Un Bon Moment avec Kyan KHOJANDI et NAVO » c’est l’Ă©pisode « avec HAROUN » du 14 Mars 2021

,

DĂ©clic

DĂ©clic, super livre qui explique les problĂ©matiques liĂ©es Ă  la collecte de donnĂ©es, aux logiciels propriĂ©taires, et Ă  la centralisation… et qui donne des solutions !

Lecture trùs abordable, tout est fait pour s’adresser aux plus grand nombre 😉

Tadam le résumé :

Exploitation des donnĂ©es privĂ©es, surveillance gĂ©nĂ©ralisĂ©e, addic­tion au smartphone, disparition de pans entiers de l’économie
 Les critiques du monde numĂ©rique ne cessent de s’amplifier ; difficile d’ignorer les consĂ©quences de l’utilisation d’Amazon, Facebook, Google, Instagram ou Netflix. Et s’il existait un autre Internet, respectueux de nos libertĂ©s ? L’ancien start-uper Maxime Guedj et la journaliste Anne-Sophie Jacques proposent de s’engager sur une nouvelle voie. Ils expliquent de l’intĂ©rieur comment l’utopie des dĂ©buts a engendrĂ© des entre­prises tentaculaires. Ils sont allĂ©s Ă  la rencontre de celles et ceux qui (re)font d’Internet un bien commun, un outil d’émancipation et de libertĂ© : logiciels libres, design Ă©thique, protection de la vie privĂ©e, information dĂ©centralisĂ©e
 VĂ©ritable manuel d’autodĂ©fense du citoyen connectĂ©, DĂ©clic contient des fiches pratiques proposant des solutions pour ralentir, pour Ă©changer, s’informer et agir autrement. Un autre Internet existe dĂ©jĂ  : libre Ă  nous de le dĂ©couvrir.

– Maxime Guedj, Anne-Sophie Jacques

En savoir +

,

Pirate Cinema

Pirate Cinema, premier roman que je lis de Cory Doctorow. Et j’ai pas Ă©tĂ© déçu.

Il est assez réputé pour écrire des romans de « Geek », genre Mr.Robot, mais en livre.

Dans celui-lĂ , ça parle d’un ado qui fuit sa famille, aprĂšs qui leur est fait coupĂ© l’accĂšs Ă  internet, parce qu’il tĂ©lĂ©chargĂ© des films illĂ©galement, pour ensuite en faire des montages (des sortes de YTP pour les connaisseurs)

Il se retrouve Ă  Londres, Ă  la rue, oĂč il fait des rencontres qui vont l’amener vers de nouvelles aventures…

C’est un livre qui parle de piratage, de copyright, de sociĂ©tĂ©, de libertĂ© et d’amitiĂ©. J’ai beaucoup aimĂ© !

Le résumé :

Trent McCauley is sixteen, brilliant, and obsessed with one thing: making movies on his computer by reassembling footage from popular films he downloads from the Net. In the dystopian near-future Britain where Trent is growing up, this is more illegal than ever; the punishment for being caught three times is that your entire household’s access to the Internet is cut off for a year, with no appeal. Trent’s too clever for that to happen. Except it does, and it nearly destroys his family. Shamed and shattered, Trent runs away to London, where he slowly learns the ways of staying alive on the streets. This brings him in touch with a demimonde of artists and activists who are trying to fight a new bill that will criminalize even more harmless internet creativity, making felons of millions of British citizens at a single stroke. Things look bad. Parliament is subject to the demands of a few wealthy media conglomerates. But the powers-that-be haven’t entirely reckoned with the power of a gripping movie to change people’s minds
.

– Cory Doctorow

En savoir +

, ,

Silk Road

Alors, quand tu va lire le rĂ©sumĂ©, tu va dire « Putain c’est clickbait ! », mais en vrai le livre est vraiment qualitatif !

Ça raconte l’histoire d’un Dark Market (Silk Road) spĂ©cialisĂ© dans la vente de drogues, dirigĂ© par un gars super inspirĂ© par l’idĂ©ologie libertarienne.

C’est super intĂ©ressant, et c’est le genre de livre oĂč t’as du mal Ă  t’arrĂȘter de tourner les pages !

Le résumé :

It was the ‘eBay of drugs’, a billion dollar empire. Behind it was the FBI’s Most Wanted Man, a mysterious crime czar dubbed ‘Dread Pirate Roberts’. SILK ROAD lay at the heart of the ‘Dark Web’ – a parallel internet of porn, guns, assassins and drugs. Lots of drugs. With the click of a button LSD, heroin, meth, coke, any illegal drug imaginable, would wing its way by regular post from any dealer to any user in the world. How was this online drug cartel even possible? And who was the mastermind all its low roads led to? This is the incredible true story of Silk Road’s rise and fall, told with unparalleled insight into the main players – including alleged founder and kingpin Dread Pirate Roberts himself.

– Eileen Ormsby

En savoir +

,

Je veux reussir.com

Petite BD cools sur un entrepreneur qui connaĂźt la ruine aprĂšs le succĂšs de sa startup, et comment il rebondie ensuite. L’histoire (vrai) ce situe dans les annĂ©es 90/2000 en pleine bulle internet ! (donc si tu veux en savoir plus sur ce moment, je te conseil cette BD). Et j’aime bien l’ambiance gĂ©nĂ©rale avec les couleurs utilisĂ©es !

Avec la complicitĂ© du dessinateur Juan DĂ­az-Faes, David Cantolla, le crĂ©ateur de la cĂ©lĂšbre sĂ©rie d’animation pour enfants Pocoyo, partage son incroyable histoire dans Le Guide du succĂšs pour les losers. Cinq annĂ©es de travail acharnĂ© pour monter une entreprise de plus de 600 personnes, et en plein essor, subir soudain l’éclatement de la bulle Internet des annĂ©es 2000. Anecdotes, humour, conseils pratiques, tout concourt Ă  faire de cette autobiographie un vĂ©ritable guide pour les passionnĂ©s de tout poil !

– David Cantolla

En savoir +